[ 27 septembre 2004 ]
Région du Trentino-Alto Adige : une cohabitation particulière
Région du Trentino-Alto Adige
Fiche d’identité

Région composée de deux provinces : Bolzano ou Südtirol (dans le nord) et Trente (dans le sud).
Capitale régionale : Trento
Population : plus de 900 000 habitants
Langues officielles : italien, allemand, ladin
Superficie : 13 613 km2
Situation : nord-est de l’Italie, au sud du Tyrol autrichien


Et voici une réalité italienne bien différente de celle à laquelle on songe habituellement quand on évoque ce beau pays méditerranéen. Bien loin du soleil brûlant de la Sicile que l’on a visité le mois dernier, nous voilà arrivés à l’autre extrémité, dans le « grand Nord » de l’Italie ! Théâtre d’une histoire riche et mouvementée, point de jonction entre les peuples du Nord et du Sud de l’Europe, doté de paysages grandioses, le Trentino-Alto Adige est une région très particulière.

Was darf ich Ihnen bringen? (Bonjour, que souhaiteriez-vous commander ?) Pas de problèmes pour les germanophones, ils sauront quoi répondre. Pour les autres, pas de panique ! Il n’est pas rare que le serveur passe tout naturellement à la langue de Dante qui, même si vous n’y excellez pas, est tout de même une langue latine ! C’est que, en effet, l’une des particularités de cette région réside dans le bilinguisme de ses habitants, voire le « trilinguisme ». Quelques explications s’imposent !

Un peu d’histoire…

Entouré à l’ouest par la Lombardie, au nord-ouest par la Suisse, au nord par l’Autriche et à l’est par la Vénétie, le Trentino-Alto Adige a appartenu, tour à tour, à des peuples de cultures latine et germanique. Cette donne historique est à l’origine de la personnalité si singulière que s’est forgé cette région.

Elle est d’abord conquise par les Romains au Ier siècle av. J.-C., qui latinisent la population entière. Puis viennent, dès le Ve siècle, les Ostrogoths, qui laissent en héritage leur langue germanique. Les Lombards (VIe siècle), les Francs (VIIIe siècle) et le Saint-Empire romain germanique se succèdent et seule une partie de la population latinisée conserve sa langue : le ladin (l’italien et l’allemand sont les langues officielles et le ladin, la langue minoritaire. Elles sont toutes trois utilisées de nos jours dans la région). Sous la souveraineté des Habsbourg d’Autriche, les princes-archevêques gouvernent la région de 1363 à 1802, et la principauté est laïcisée et intégrée politiquement au Tyrol autrichien. Les Français prennent la région en 1809, mais elle est rendue à l’Autriche en 1814. Puis, c’est la Première Guerre mondiale, l’Empire austro-hongrois disparaît officiellement avec le traité de Versailles, signé le 28 juin 1919 et celui de Saint-Germain-en-Laye, en 1919, rattache le Tyrol du Sud et la province de Trente à l’Italie.

À ce moment-là, la région ne compte que 7000 italophones, mais plus de 220 000 germanophones. Aujourd’hui, la situation est bien différente : des trois groupes linguistiques existants, l’italien prédomine avec 62 % de la population le parlant, suivi de l’allemand, avec 31 %, et le ladin, avec 3,2 %.

Toutefois, après la Deuxième Guerre mondiale, en 1946, un accord entre l’Italie et l’Autriche procure au Trentino-Alto Adige son statut de région autonome qui lui assure, entre autres choses, la parité des langues italienne et allemande.

En somme, cette région regorge de paysages, de villes, de monuments d’une rare beauté et offre une gastronomie qui a su tirer le meilleur des deux cultures !

Tourisme gourmand

Région aux profondes vallées, terre verdoyante, paysages aux montagnes majestueuses, lacs paisibles, … tout ici respire la sérénité, évoque les grands espaces, inspire le calme, la tranquillité.

Cette quiétude et cette nature généreuse ont contribué au succès des nombreuses sources thermales qui existent dans la région, oasis de bien-être qui ont su si bien séduire l’Impératrice Sissi !

Si la région compte environ 300 lacs plus ou moins grands où l'on peut pêcher et faire de la voile, elle est particulièrement gâtée côté montagnes avec, notamment, les Dolomites, massifs montagneux à la roche rouge, considérés parmi les plus beaux au monde qui voient leurs couleurs changer au fil du jour, selon la lumière du soleil ! On doit leur nom à Déodat de Dolomieu, géologue du Dauphiné (France) qui en découvrit la composition chimique en 1789.

Pour les férus des sports d’hiver, un séjour à Madonna di Campiglio, à San Martino di Castrozza ou encore dans la vallée de Gardena s’impose. Ces stations désormais célèbres leur offrent de quoi faire ! De plus, avec le Dolomites Superski, le Haut Adige possède le plus vaste domaine skiable d'Europe : 1 200 km de pistes réparties en 12 zones.

La montagne est aussi lieu de surprises et de découvertes toujours renouvelées. N’oublions pas que c'est dans les glaciers des Dolomites qu'a été retrouvé, 5 300 ans après sa mort, Ötzi, l'homme des glaces !

La richesse des monuments, la beauté de l’architecture et l’animation font des villes de cette région au cachet unique des pages d’histoire que l’on parcourt avec respect et admiration.

À commencer par celles de la province du Trentin :

Rovereto avec son château et son église San Marco, deux beaux monuments du XVe siècle, et ses vins comme le Teroldego Rotaliano et le Marzemino, qui a tant inspiré Mozart, notamment pour l’opéra Don Giovanni où il est cité ! Plus moderne, le musée d’art contemporain, dont l’ouverture en 2002 a été saluée par la communauté internationale.

Trento et, entre autres mille merveilles, son dôme d’architecture à la fois romane et gothique qui accueillit, entre 1545 et 1563, l’un des plus célèbres concile œcuménique.

Les vallées frontalières avec la province du Alto Adige aux jolis noms comme Val di Non, Val di Fassa, Val Gardena ou encore Val di Fiemme, luxuriantes et grandioses, proposent des ballades inoubliables.

Bolzano, lieu de rencontre entre les cultures latine et allemande renferme de nombreuses merveilles artistiques. À voir absolument, la très belle place du marché et la Porte du Vin admirablement ciselée au cœur du Dôme de la ville, représentant des scènes champêtres de paysans en train de travailler dans les vignes. Une ode au vin que l’on réussit particulièrement bien dans cette région comme le Terlano ou les Colli di Bolzano !

Merano et ses alentours ainsi que Bressanone, cités médiévales de toute beauté, dont la route des châteaux, nombreux et magnifiques, rappellent la puissance passée des princes-évêques qui gouvernèrent la région.

À déguster !

Au fil de ces découvertes, le temps des repas viendra délicieusement ponctuer vos journées. C’est qu’on y mange très bien dans cette région ! On retrouve bien sûr les influences italiennes et allemandes dans nos assiettes.

Dans la province de Bolzano, le pain de seigle et les viandes fumées comme le Speck, sont à la base des recettes et accompagnent des plats typiques tels que les Schlutzer, une sorte de raviolis à la farine de seigle et les Knodel, connus également sous le nom de Canederli à base de pain rassis, d’œuf et de lait.

Dans le Trentin par contre, on y déguste plus de soupes, de plats de viande et de gibier accompagnés de polenta et de produits laitiers. La gastronomie du lac de Garde propose, elle, des spécialités locales à base de poissons de lac comme les aole à l’escabèche ou le carpaccio de viande salée.

Un plateau de fromages typiques sera également le bienvenu avec l’Asiago, le Provolone Valpadana, le Grana Padano produits également dans les régions frontalières et l’Ubriaco, dont le nom veut dire « ivre » car il est immergé pendant six à dix mois dans une cuve de vin rouge et de marc de pressage ! Original, non ?

Pour accompagner le tout, laissons-nous tenter par les vins de la région qui s’accordent parfaitement avec ces saveurs. Les blancs du Alto Adige, faits entre autres de Sylvaner, Riesling, Pinot gris ou blanc, sont fameux et les rouges issus des variétés Schiava et Lagrein sont excellents, surtout ceux de Santa Maddalena ! Parmi les appellations DOC les plus connues de la province de Bolzano, on peut citer l’Alto Adige, qui regroupe depuis peu celles de Colli di Bolzano, Meranese, Santa Maddalena, Terlano et Valle Isarco.

Au sud, dans la province du Trentino, on peut déguster les vins des appellations Casteller, Teroldego Rotaliano, Trento, Trentino Marzemino et Valdadige à base des cépages typiques comme le Teroldego, Lagrein, Schiava, mais aussi Merlot pour les rouges et Trebbiano, Nosiola, Garganega, Müller Thurgau et bien d’autres pour les blancs.

Sans oublier les spumante (vins effervescents) dont certains sont reconnus comme faisant partie des meilleurs d’Italie !

Enfin, pour se sucrer le bec, quoi de mieux qu’un strudel, pâtisserie faite à base de pommes qui sont, avec le raisin, une spécialité régionale. On compte plus de 55 variétés de ce fruit cultivées dans le Trentino-Alto Adige… de quoi jeter Ève dans la plus grande confusion !


 
 
 
 
imprimer l'article

archives

retour aux articles



©2007 Tous droits réservés. Délégation commerciale d'Italie
Trade Promotion Section of the Consulate General of Italy