[ 24 janvier 2005 ]
Lombardie – Émilie-Romagne – Vénétie
Triptyque de toute beauté en Italie du Nord
Lumière sur la plaine du Pô ! Appelée aussi padane, elle est la plus grande, la plus riche et fertile des plaines d’Italie. Traversée par le Pô, le fleuve italien le plus important, elle occupe la partie sud du Piémont, de la Lombardie et de la Vénétie et le nord de l’Émilie-Romagne. Si elle constitue en soi une unité à ces régions - unité géographique, mais aussi culturelle et gastronomique - il n’en reste pas moins que chacune d’entre-elles a su développer au fil de leur longue histoire des particularités toutes faites pour nous ravir.

Lombardie : l’Européenne


La Lombardie en bref :

Située au sud de la Suisse, à l’est du Piémont et à l’ouest de la Vénétie et du Trentin Haut-Adige.
Capitale régionale : Milan
Population : plus de 9 millions d’habitants
Provinces : Bergamo, Brescia, Como, Cremona, Lecco, Lodi, Mantova, Milano, Pavia, Sondrio et Varese

Dès qu'on évoque la Lombardie, Milan apparaît aussitôt, sublime et gastronome, élaborée et raffinée ! Capitale italienne de la mode, de l'industrie du luxe et du design industriel, Milan a vu fleurir des talents reconnus au niveau planétaire comme Armani, Gianfranco Ferre’, Prada, Krizia, etc. et propose des signatures telles que B&B, Kartell, Cassina ou Artemide dans le monde du design. Berceau d’un mythe de l’automobile (Alfa Romeo), Milan est aussi grande amatrice de culture : elle accueille toujours les plus célèbres chanteurs d’opéra en ce lieu légendaire qu’est La Scala et captive encore les amateurs d’architecture avec, entre autres, son Duomo gothique et sa très belle piazza.

Mais Milan est aussi, bien sûr, la capitale de la Lombardie ! Première zone commerciale et industrielle du pays, c’est la région la plus peuplée d'Italie, l'une des plus urbanisées et des plus ouvertes sur l’Europe. Le secteur industriel est prédominant puisque environ 30 % des actifs italiens travaillant dans ce secteur y sont concentrés ! Le textile et la soie sont au premier rang des industries ainsi que la métallurgie et la chimie.

Au niveau gastronomique, il faut noter que les Alpes et la plaine Padane lombardes sont spécialisées dans l'élevage et fournissent la moitié de la production laitière italienne ! De là, on peut comprendre la maîtrise des techniques fromagères lombardes avec des produits comme le Gorgonzola, le Provolone Valpadana, le Taleggio, le Quartirolo, le Bitto, etc., des délices lactés relevant et/ou succédant des spécialités telles que le risotto et la polenta qui, dans cette partie de l’Italie, concurrencent sérieusement les pâtes en popularité ! Le risotto coloré au safran est servi avec le traditionnel Ossobuco. De même, ici, le beurre se substitue à l’huile d’olive, rappelant ainsi l’influence autrichienne de l’histoire de la région.

Si elle ne jouit d'aucune façade maritime, la région s'étire dans la grande plaine où coule le Pô et comprend la région des lacs les plus célèbres d’Italie : celui de Côme et le Maggiore, sans oublier le côté occidental du lac de Garde, où l’on produit l’une des huiles d’olive les plus délicates en Italie. De toute beauté !

Vénétie : accents d’Orient

La Vénétie en bref :

Capitale régionale : Venise
Population : près de 5 millions d’habitants
Provinces : Venezia, Belluno, Padova, Rovigo, Treviso, Verona et Vicenza

On ne peut parler de cette région sans penser tout de suite aux fastes et beautés passés et présents de Venise. Rappelons-nous les en quelques mots. Si aujourd’hui Venise représente l’un des joyaux du patrimoine culturel mondial, hier elle était le cœur d’un véritable empire : fondée au VIe siècle par une population acculée par les invasions barbares, Venise s’érige, dès le IXe siècle et pendant des siècles, comme une puissance politique et commerciale. Se rendant indépendante de l’empire byzantin, dont elle acquière néanmoins d’importants privilèges commerciaux, la République de Venise née en 1143 connaît son apogée de 1204 à 1453, alors qu’elle contrôle non seulement les côtes de l’Adriatique et les routes méditerranéennes, mais également les terres : à l’ouest jusqu’à la Lombardie, au nord jusqu’à l’Autriche et à l’est jusqu’à la Slovénie et la Croatie.

Ce fût une porte immensément ouverte sur l’Orient, grâce également à d’illustres « aventuriers » tels que Marco Polo qui prit, dès 1271, la route de Pékin à travers l’Asie centrale (route des épices et de la soie). De cette ouverture sur l’Orient, Venise (mais aussi toute la Vénétie) conserve des influences dans l’architecture de certaines constructions, mais aussi dans sa gastronomie. À commencer par le riz (qui dans la Vénétie prend aussi la forme du risotto) et l’utilisation d’épices telles que le gingembre, le cumin, le poivre, les clous de girofles et la fameuse recette risi e bisi (riz et petits pois), que vous trouverez dans la section Recette du mois. On retrouve donc des pois, mais aussi du poisson, du foie à la vénitienne, de la morue à la vicentina, un dessert de Vérone (le Pandoro), des fromages comme l’Asiago, le Montasio ou l’Ubriaco (qui signifie ivre car il est immergé pendant 6 à 10 mois dans une cuve de vin rouge et de marc de pressage !). Le tout arrosé de Valpolicella, de Soave, de Bianco di Custoza, d’Amarone, de Prosecco ou de Breganze. Car n’oublions pas que la Vénétie est un gros producteur de vin en Italie qui, en alliant traditions et innovation, propose des vins d’une très grande qualité grâce à des vignerons sérieux, passionnés et talentueux.

Émilie-Romagne : savante et savoureuse

L’Émilie-Romagne en bref :

Capitale régionale : Bologna
Population : près de 4 millions d’habitants
Provinces : Bologna, Reggio Emilia, Parma, Piacenza, Modena, Ferrara, Forli-Cesena, Ravenna et Rimini


L’Émilie-Romagne se situe au sud de la Lombardie et de la Vénétie et s’ouvre sur la mer Adriatique. C’est une région généreuse en splendeurs héritées de son histoire dense, une région douée pour l’art. Avec ses magnifiques mosaïques byzantines de Ravenne, son université de Bologne (une des plus anciennes d’Europe), qui a accueilli les illustres Erasme, Dante et Pétrarque. Elle fût également le berceau de l’un des plus grands compositeur d’opéras de notre temps, Giuseppe Verdi; de l’un de ses plus illustres interprète, Luciano Pavarotti, et du maître du 7e art, Federico Fellini.

Enfin, avec son art culinaire né du souci de tout un chacun dans cette région de manger bon et sain et avec ses traditions qui font, au même titre que des chefs-d’œuvre de peinture, de musique ou d’architecture, partie intégrante du patrimoine culturel italien et pourtant, mondial.

On y cuisine surtout des mets à partir de viande; on ne dédaigne pas l'anguille, et les lasagnes sont à l'honneur ! C'est la patrie de la charcuterie avec les saucisses, le Prosciutto Original di Parma, le culatello de Zibello, le saucisson de Felino et la mortadelle de Bologne. Les fromages ne sont pas en reste, citons seulement le Parmigiano-Reggiano ou bien le Grana Padano, le Squacquerone ou encore le Formaggio di Fossa pour en être convaincus. Et n’oublions pas le vinaigre balsamique traditionnel de Modène, qui représente l’une des grandes fiertés d’Émilie-Romagne, fruit de traditions séculaires jalousement gardées.

Bref, trois régions qui, tirant le plus beau parti de cette riche plaine du Pô, nous arrivent avec leurs merveilles et délices à Montréal, du 17 au 27 février 2005, dans le cadre du Festival MONTRÉAL EN LUMIÈRE (consulter le programme dans la section Calendrier) !


 
 
 
 
imprimer l'article

archives

retour aux articles



©2007 Tous droits réservés. Délégation commerciale d'Italie
Trade Promotion Section of the Consulate General of Italy